RSE, le virage du vert

À propos de la RSE

La commission européenne a défini en 2011 la responsabilité sociétale (ou sociale) des entreprises (RSE) comme « la responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société ».

La Responsabilité Sociétale (ou Sociale) des Entreprises est un « concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire». Définition du Ministère de la Transition écologique et solidaire

En résumé, la RSE est un concept visant les entreprises à contribuer à l’amélioration de la société et à la protection de l’environnement.

Pourquoi intégrer une démarche RSE ?

La RSE est une voie à suivre pour permettre à l’entreprise de se préparer aux défis auxquels elle est confrontée (climat par exemple). C’est aussi une belle occasion de montrer à vos clients, partenaires et salariés l’engagement de votre entreprise dans une démarche responsable et durable.

Intégrer une démarche RSE dans le fonctionnement de votre entreprise implique de mesurer et évaluer l’impact de vos activités en matière environnementale et sociétale (ex: consommation d’eau, d’énergie, taux d’accidents du travail…) afin de :

    • Identifier et maîtriser les risques

    • Réduire votre empreinte, vous adapter aux nouvelles contraintes et dégager de nouvelles opportunités

ex: nouveaux produits plus respectueux de l’environnement.

À terme, l’approvisionnement des entreprises en matières premières peut devenir problématique au fur et à mesure que les ressources se raréfient voire s’épuisent (minerais, plantes, pétrole…) ou du fait des effets du changement climatique, avec la multiplication des sécheresses (ex: impacts agricole) et des inondations (ex: commerces, entreprises, etc… hors service). Il faut donc penser dès maintenant à un changement.

On emploie également le terme “entreprise à mission” pour définir une nouvelle forme d’entreprise commerciales (à but lucratif) qui se définit statutairement, en plus du but lucratif, une finalité d’ordre social ou environnemental. Le projet de loi PACTE 2018 propose d’ailleurs une mesure pour favoriser et encadrer ce nouveau statut.

Par ailleurs, les tendances actuelles poussent les entreprises à :

    • Plus de transparences sur les conditions de production

    • Proposer des produits plus respectueux de l’environnement et des travailleurs

ex : produits bio et assurant un revenu juste aux producteurs.

Et si on partageait nos meilleures pratiques ?

Mellow_Yellow_Top_Table-498.jpg

Bonne pratique n°1

Vous avez la possibilité de trouver des alternatives écologiques pour certains de vos services.

Ces alternatives existent déjà, avec notamment la mise en place d’applications comme Too Good To Go, pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

Le principe est simple : Ne plus jeter vos invendus, mais revendez les à tout petit prix.

 

Sachez que sauver 1 panier Too Good To Go équivaut à éviter 2.5 Kg d’émission de CO2, chaque petit geste compte.

 

Amnéville en fait déjà partie au sein de l’hôtel Golden Tulip.

0x0.png